RADIO(S)



« Je voudrais remercier l’ensemble des intervenants pour les contributions apportées lors de nos échanges. La JNP a 19 ans, c’est un âge de maturité. Il faut tirer l’ensemble des enseignements des 20 ans que nous avons faits. J’ai suivi avec beaucoup d’attention les différentes préoccupations soulevées. Nous devrons avoir un partenariat entre l’État et les acteurs du monde rural.

L’État ne peut pas faire tout seul l’ensemble des actions comme les subventions, les créations des entreprises de transformation et autres. Cela n’est pas de notre rôle. Il faut une synergie d’actions entre les producteurs et les privés. Nous devrons créer des cadres institutionnels pour que les choses puissent se mettre en phase », a dit Roch Marc Christian KABORE à l’adresse de l’assistance.

Concerne la société de transformation des tomates de Loumbila et celle des mangues de Ziniaré, le Président du Faso a pris l’engagement que l’État va accompagner sa mise en œuvre, puis se désengager et céder sa place au privé.

Il a rassuré l’assistance qu’il a pris l’engagement pour moderniser l’agriculture dans les cinq ans à venir. « Nous devrons faire en sorte que partout où les productions hydriques sont bonnes, nous puissions renforcer les cultures à ce niveau, nous puissions cultiver des terres un peu plus grandes, nous puissions mettre à la disposition de nos paysans des tracteurs pour qu’ils puissent travailler, nous puissions mettre aussi à leur disposition des semences. C’est tout cela qui va participer à renforcer le partenariat », a expliqué le Chef de l’État sous des ovations de l’assistance.

Roch Marc Christian a fait savoir que le secteur rural ne peut prospérer sans les financements et les accès aux crédits. En cela, l’État s’engage à accompagner les producteurs par la construction d’une banque exclusive pour le monde rural.

Le Président du Faso est convaincu que l’accompagnement du secteur privé par des investissements pourrait être un avantage pour booster la production au Burkina Faso. Il a invité par ailleurs, l’ensemble des Burkinabè à consommer nos productions locales à tous les niveaux pour juguler les effets de la vie chère. A cet effet, il a précisé davantage que pour les cantines scolaires, les achats se feront au plan local en vue d’encourager les producteurs de ces zones.

« C’est un engagement pour lequel nous sommes partant », a dit le Chef de l’État. En parlant des préoccupations des femmes, il a dit que le gouvernement a pris l’engagement que chaque fois que des terres seront emblavées, les femmes auront droit à 30%. Puis, il a mis en garde, ceux qui ont pris des grands domaines et qui ne les mettent pas en valeur, que l’État va prendre des mesures pour les récupérer et les donner à ceux qui en ont besoin.

Parlant de la jeunesse en milieu rural, Roch Marc Christian KABORE a dit que, l’engagement est pris pour les former dans des écoles professionnelles afin qu’ils soient aguerris dans les techniques de production. Le Président du Faso soutient qu’il faut encourager notre jeunesse à entreprendre dans le domaine agricole car l’État est disponible pour les soutenir. Il a pris aussi l’engament de soutenir la production du coton, malgré les difficultés qui existent dans ce secteur porteur.

Le Chef de l’État n’a pas manqué de saluer les partenaires techniques et financiers qui accompagnent régulièrement le Burkina Faso. Il a plaidé pour une organisation paysanne forte, soudée, capable de dialoguer pour résoudre les crises, notamment celles entre agriculteurs et éleveurs. Le gouvernement encourage la mise sur pied des cadres de concertation à tous les niveaux pour anticiper les conflits.

Avant de conclure et donner rendez-vous aux paysans pour la prochaine JNP nouveau format à Kaya en 2017, Roch Marc Christian KABORE a dit que son gouvernement a à cœur, la construction d’une usine productrice d’engrais pour soulager la souffrance des producteurs. Il a rassuré tous les participants que l’ensemble des préoccupations et doléances du monde rural feront l’objet d’une attention soutenue.

La Direction de la Communication de la Présidence du Faso

Partager